new-year-resolutions-2017-picture3

 

Mesdames, Messieurs,

Chers concitoyens

 

La vie en société, pour qu’elle soit de qualité, demande de la part de chaque citoyen que nous sommes, un certain nombre de comportements positifs.

 

1) Le stationnement sur les trottoirs

Nous devons réfléchir en termes de sécurité pour autrui et, en l’occurrence, pour les usagers/piétons.

Nous ne pouvons pas contraindre les piétons à se mettre en danger pour éviter un véhicule en stationnement sur un trottoir en "le forçant" à circuler sur la chaussée où il se met en danger. Il faut donc veiller à stationner son véhicule régulièrement.

Certains invoquent le prétexte du mauvais stationnement pour se prémunir contre le risque de dégradation (accrochage sur les routes fort fréquentées par exemple). Pour ma part, je considère que la vie des usagers faibles est plus importante.

 

2) Les chiens

Le chien est le meilleur ami de l’homme et doit le rester. Il convient donc que l’aspect positif ne soit pas dépassé par les nuisances qu’il peut occasionner. Nous voulons un quartier sûr. C’est pourquoi, il faut tenir notre ami en laisse. Même très gentil, un chien peut réagir à la vue d’un autre chien. Il peut par exemple traverser la chaussée et provoquer un accident. Il peut aussi s’attaquer à plus faible que lui et occasionner des blessures. Il peut également, dérangé par un enfant, lui provoquer d’importantes lésions. Nous voulons également un quartier propre. Il convient donc que les déjections canines soient ramassées par le propriétaire de l’animal (où celui qui le promène à l’instant).

 

3) Les poubelles

La propreté dans les quartiers est un élément essentiel. Les poubelles de voirie sont destinées à "recueillir" de petits déchets (par ex: les sacs de déjections canines) et certainement pas des déchets ménagers. La destination de ceux-ci est notre poubelle privée. Vouloir faire des "économies" de quelques cents en déposant des ordures ménagères dans les poubelles publiques est affligeant et ne sert pas la cause commune, puisqu’elle empêche ceux qui en ont besoin, de bénéficier de ce qui a été mis en place pour eux. Certains des endroits publics de nos communes (parcs, places, …) ressemblent parfois à des dépotoirs où il ne fait plus bon de vivre et de se déplacer…

 

4) La Circulation dans les chemins de remembrement

La plupart de nos beaux chemins de remembrement sont interdits à la circulation. Les rares où elle est autorisée sont également soumis à des mesures de sécurité. Il convient tout d’abord de respecter le code de la route. Si c’est interdit, on n’y circule pas même pour diminuer un trajet (ce n’est pas une excuse). Si elle est autorisée (ce qui demeure donc une exception), il convient de ralentir à l’approche d’un usager faible (marcheur, joggeur, cycliste) et de croiser ou dépasser celui-ci à "l’allure du pas". Là aussi, il y va de la sécurité et d’une meilleure qualité de vie dans nos quartiers.

 

L’an neuf est le moment des bonnes résolutions.

Ce qui précède doit nous faire réfléchir. Je suis convaincu qu’alors nous adopterons de nouveaux comportements (en tous les cas pour ceux qui en sont éloignés) pour, simplement, mieux vivre en société.

Ces quelques règles, je demanderai aux policiers bassi-mosans de les faire respecter. En effet, à mon estime, il y va de l’intérêt de tous.

 

Merci pour votre compréhension.

Meilleurs vœux à tous.

 

Le Chef de Corps,

A. LAMBERT.

 

 

image mini

 

Le mot du Chef de Zone:

 

Mesdames et Messieurs,

 

Un article publié dans la presse de ce 29 novembre 2016 fait état d’une recrudescence de vols dans la Basse-Meuse et, plus précisément, dans les communes de Bassenge et Juprelle. Ces faits sont, hélas, avérés.

 

La police ne reste pas inactive et des actions sont menées. Néanmoins, en ce qui concerne l’aspect plus particulier des enquêtes, il est nécéssaire d’avoir des éléments pour nous permettre d’interpeller des suspects.

 

Nous en appelons donc à tous les citoyens qui peuvent donner des renseignements concernant des “manèges suspects” (par exemple: véhicules inhabituels qui circulent au ralenti dans un quartier, personnes inconnues qui déambulent la nuit, des bruits suspects chez un voisin, ...). La police ne peut pas grand chose sans la participation et la réactivité de tout en chacun à la chaîne de la sécurité.

 

Les renseignements utiles peuvent être adressés à votre inspecteur de quartier ou à votre poste local qui traiteront et feront remonter l’information vers les services d’enquête.

 

Nous vous rappelons également qu’il existe au sein de la zone de police, le service de prévention vol (n° tél: 04 374 88 15 ou Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ) qui peut vous apporter des conseils pour la sécuritation de votre habitation.

 

/!\ /!\ /!\ Soyez attentifs sans pour autant basculer dans l’angoisse /!\ /!\ /!\

 

Le Chef de Zone, Alain LAMBERT

 

Numéros de téléphones utiles pendant les heures de bureau:

  • Poste de Bassenge: 04 374 88 50
  • Poste de Blegny: 04 374 89 60
  • Poste de Dalhem: 04 374 88 70
  • Poste de Juprelle: 04 374 90 00
  • Poste d’Oupeye: 04 374 89 40
  • Poste de Visé: 04 374 88 80

Police-secours 24h/24: 04 374 89 00

 

 

 

Bulletin « Contacts » proposé à la vente en porte à porte.

 

Les ménages de la zone Basse-Meuse sont actuellement démarchés par les délégués de la SPRL "RPN", société de régie publicitaire.

Ces derniers proposent à la vente le bulletin "Contacts" édité par l’A.S.B.L. ENSSA. Cette A.S.B.L. a notamment pour objet l’entraide aux services de sécurité.

Nous portons à la connaissance du public que ces démarcheurs disposent des autorisations requises pour pouvoir exercer leur activité.

Les services de la zone de police Basse-Meuse tiennent cependant à préciser qu’ils n’ont aucun lien avec cette association dont ils ne reçoivent aucune aide ou dotation.

 

Commissaire Pierre Lucasse,

Directeur de la proximité.

 

 

 

 

bureaux