Rien oublié?

     

 checklistvacances.pdf

 

Si pour une raison quelconque, vous n'arrivez pas à signaler une absence via policeonweb, vous pouvez imprimer le formulaire ci-dessous et nous le retransmettre.

formulaire surveillance habitation.pdf

 

   

A l’approche de l’hiver, nombre d’usagers de la route équipent leur véhicule de pneus neige.

Une polémique à ce sujet incite les conducteurs à interroger les policiers : est-ce vraiment bien utile ?

Il nous semblait intéressant de vous communiquer le résultat d’une enquête menée par l’Institut Belge de Sécurité Routière et publiée dans la revue « Via secura »

 

 

A la demande de Melchior Wathelet, Secrétaire d'Etat à la Mobilité, l'IBSR a réalisé une étude dont l'objectif premier était d'analyser si une obligation de monter des pneus hiver est envisageable en cas de conditions hivernales dans notre pays, à l'instar de ce qui se fait en Allemagne ou au Luxembourg par exemple. Les résultats de cette étude ont été publiés le 30 septembre 2014.

L'étude de l'IBSR montre que les pneus hiver sont certainement très utiles dans des conditions hivernales extrêmes. Par temps de neige, ils sont manifestement mieux adaptés que les pneus standard, tant du point de vue de la sécurité routière que de la mobilité. Leur composition assure la souplesse de la gomme à basse température et leur profil spécifique permet de mieux adhérer à la neige. En cas de températures très basses, ils obtiennent aussi de meilleures performances que les pneus classiques.

Grand succès à Liège et dans le Luxembourg

Ces performances supérieures en cas de conditions hivernales ont déjà séduit bon nombre de conducteurs.

Ainsi, des chiffres publiés par Federauto montrent que dans les provinces de Liège et de Luxembourg, plus de la moitié des conducteurs ont opté pour des pneus spécifiques en hiver. Bref, les essayer, c'est indéniablement les adopter.

Peu d'effets sur la sécurité routière

En revanche, l'étude de l'IBSR montre que le fait de monter des pneus hiver n’aura qu’un impact limité sur le nombre d’accidents corporels puisque la majorité de ceux-ci se produisent sur route sèche. En 2012, seuls 2% des accidents corporels ont eu lieu sur route enneigée malgré l'hiver très rigoureux. Par ailleurs, les accidents sur une chaussée enneigée ne peuvent pas être imputés uniquement aux pneus. Une vitesse mal adaptée ou une conduite sous l'influence de l'alcool, par exemple, peuvent aussi en être la cause. Soulignons aussi que sur le verglas, aucun pneu n'est efficace.

L'étude de l'IBSR a également révélé que ce type de pneu ne résout pas le problème des camions bloqués ou en ciseau. Près de 90 % des camions sont déjà actuellement équipés de pneus hiver sur les essieux moteurs, ce qui n'empêche pas les problèmes quand ils sont à vide ou que la charge est mal répartie.

Sensibilisation mais pas d'obligation

Au vu des éléments précédents et sachant que bon nombre de Belges n'ont pas les moyens d'investir dans un jeu supplémentaire de pneus, le Secrétaire d'Etat à la Mobilité a donc décidé de ne pas rendre les pneus hiver obligatoires. En revanche, il soutiendra toute initiative visant à les promouvoir, tant dans le domaine des assurances qu'au niveau de la sensibilisation.

Conclusion

On ne s'habille évidemment pas de la même façon en hiver qu'en été et il est donc logique de ne pas utiliser les mêmes pneus selon la saison.

Cela étant dit, quel que soit le type de pneu, il est avant tout essentiel d'adapter son comportement au volant en fonction des conditions météo. Pour limiter le risque d’accident, les conducteurs doivent, lors de conditions hivernales, réduire leur vitesse et augmenter la distance de sécurité avec la voiture qui les précède peu importe qu’ils roulent avec des pneus hiver ou non. En aucun cas, l'utilisation de pneus hiver ne doit inciter les conducteurs à prendre davantage de risques. Chacun doit en effet adopter une conduite responsable par tous les temps.

Vous êtes une victime de la route, vous ne savez pas par où commencer les formalités....

Lire la suite →

Précédent123Suivant