Quand utiliser les feux de détresse ?

Jeu 01.02.2018 - 11:12

Dans quelles conditions un automobiliste peut-il ou doit-il actionner ses feux de détresse, autrement dit, ses quatre indicateurs de direction en même temps ?



Quand utiliser les feux de détresse ?


Le principe : enclencher ses feux de détresse permet d'avertir les autres usagers d'un danger potentiel.


Les feux de détresse ne peuvent cependant être utilisés que pour signaler :


• un transport scolaire occupé à débarquer ou embarquer des enfants

• un véhicule tombé en panne ou immobilisé à la suite d'un accident

• une situation dangereuse telle qu'un ralentissement soudain des véhicules qui nous précèdent.


Conclusion : utiliser ses feux de détresse ne confère pas le droit de s'arrêter n'importe où sur la chaussée et, en particulier, de se garer en double file ...


En outre, comme le conseille la police fédérale dans sa rubrique consacrée au car-jacking, on ne peut exclure les cas de «force majeure» que constituent les agressions ou tentatives de vol d'un véhicule : dans de telles circonstances, il importe évidemment d'utiliser tous les moyens disponibles (klaxon, alarme et feux de détresse…) pour faire fuir l'agresseur.



Quid des feux de position ?


Les feux de position (les veilleuses) ne permettent pas de voir mais d'être vu. L'automobiliste ne peut donc circuler avec ses seuls feux de position la nuit ou lorsque la visibilité est réduite.

Revoir les articles consacrés aux feux de croisement et feux de route à ce propos.



Par contre, l'utilisation des feux de position est obligatoire pour signaler la présence de tout véhicule à moteur (sauf cyclomoteur) qui est :

• immobilisé sur la voie publique (donc sur les accotements aussi),

• la nuit ou durant la journée lorsqu'il est difficile de voir distinctement à 200 m,

• en l'absence d'éclairage public.



Christian Arnould
Commissaire divisionnaire er

Source : Secunews