Communiqué - Prévention escroqueries téléphone / Internet

Ces derniers mois, nous constatons une recrudescence de plaintes pour des appels téléphoniques frauduleux. Les escrocs usent d'arguments et scénarios divers et élaborés pour tenter d'amadouer leurs victimes et de leur extorquer de l'argent.

Une des escroqueries en vogue actuellement concerne du vin frelaté. En effet, par le passé, les victimes avaient reçu des appels, provenant souvent d'un pays situé hors Union Européenne, pour leur proposer d'acheter du vin. Un acompte devait être versé via un organisme de paiement international tel que WESTERN UNION ou PAYPAL. Le vin livré était de mauvaise qualité. Dans certains cas, le vin n'était même pas livré…
Quelques temps plus tard, les victimes ont à nouveau reçu des appels téléphoniques, le plus souvent d'une personne prétendant être avocate et qui les informait que les malfrats avaient été arrêtés en TUNISIE. Le faux avocat proposait à la victime de les représenter au Tribunal, en vue de faire valoir leurs droits. L'avocat demandait alors le versement d'honoraires, via un organisme de paiement international.
Plusieurs personnes ont effectué ce type de versements, persuadées de récupérer leur préjudice.
Des tentatives d'escroquerie de la part de malfaiteurs se faisant passer pour des membres de la Commission européenne nous ont également été rapportées: une indemnité étant promise à des personnes qui étaient soi-disant reconnues comme victimes de fraude par téléphone. Cette indemnité ne pouvant bien sûr être versée qu'à condition de payer une somme équivalent aux frais de dossiers ou autres.
Il est très important de ne pas répondre à ce type d'appel. En effet, la victime n'a pratiquement aucun espoir de récupérer son argent par la suite.
Comme pour les escroqueries informatiques, nous rappelons qu'un organisme officiel ne demandera jamais ni les données bancaires personnelles, ni le versement d'acompte ou honoraires via un organisme de paiement international ou autres.

Ce type d'escroquerie est souvent orchestré depuis l'étranger et le dépôt de plainte peut donc paraître peu utile pour les victimes. Mais les éléments recueillis dans une plainte pourront contribuer à obtenir les informations de départ pour 'remonter la filière' et aider à déterminer la structure de l'organisation criminelle. L'an dernier par exemple, le responsable d'un call-center tunisien a été condamné dans le cadre d'un dossier namurois (escroqueries et association de malfaiteurs pour des faits commis entre 2009 et 2014)
Si vous avez été victime de ce type de faits, il est important de déposer une plainte auprès de votre Police locale et de vous munir d'un maximum d'informations:

• le numéro, la date et l'heure de l'appel;
• le 'nom' et la 'fonction' de la personne qui a appelé;
• le 'nom' du destinataire, le montant versé, ainsi que l'adresse de destination du paiement;
• la copie du courrier électronique reçu dans le cadre de fraudes par Internet.

A titre préventif et complémentaire, nous joignons l'article du Namur Magazine n°84 qui était consacré à la prévention de la fraude par Internet. Les scénarios et conseils qui y sont détaillés sont également valables pour les escroqueries par téléphone.