Plan zonal de sécurité

Le Plan zonal de sécurité 2014-2019 de la zone de la police de HUY

La politique policière d'une zone de police locale est déterminée par le Conseil Zonal de Sécurité (C.Z.S) au sein d'un Plan Zonal de Sécurité. Le plan zonal de sécurité est le levier pour la réalisation d'une fonction de police orientée vers la communauté. Le souci de tendre vers la qualité optimale de l'organisation, du fonctionnement et donc du développement organisationnel, doit faire partie de la politique policière.

Le plan zonal de sécurité vise à définir nos moyens structurels, fonctionnels et opérationnels, afin de répondre au mieux aux attentes de la population et des autorités administratives et judiciaires.

Le plan 2014-2019 a été arrêté par les membres du Conseil zonal de sécurité c'est-à-dire par le Bourgmestre, le Procureur du Roi, le Chef de Corps et le Directeur Coordonnateur, et transmis, conformément à la Circulaire interministérielle PLP 50 relative à la procédure de dépôt des plans zonaux de sécurité et de leur approbation par les Ministres de l'Intérieur et de la Justice, à la Direction générale Sécurité et Prévention - Direction Sécurité locale intégrale en date du 24 octobre 2013 et approuvé le 12 décembre 2013. Compte tenu de l'évolution de la société et du sentiment d'insécurité, il fera l'objet d'un pilotage et d'adaptations régulières.

Le plan zonal de sécurité doit tenir compte des priorités du plan national de sécurité. Il définit ensuite des priorités et des points d'attention particulière spécifiques à la zone.

Les priorités retenues par la ZP Huy pour le PZS 2014-2019

A. La gestion de la sécurité publique dans le quartier de l' « Hypercentre », priorité qui sera analysée de manière transversale sur base d'un territoire défini où se chevauchent différentes problématiques interdépendantes (faits de violences, tapages, dégradations, stupéfiants, alcool…).

Par « gestion de la sécurité publique » dans des quartiers de l'« Hypercentre » il faut entendre la gestion de tous les faits infractionnels ainsi que tous les troubles de l'ordre public qui rompent la sérénité du centre ville : faits commis avec violences, tapages, destructions/vandalismes, problématiques liées aux stupéfiants/alcool ...
Par « Hypercentre », on entend le quartier de la Grand-Place et alentours, le « Quartier de Batta jusqu'au Quartier des Récollets » et le quartier de la Gare du Nord. La délimitation de ce territoire doit être considérée comme une zone prioritaire d'actions mais non exclusive.

B. Les vols qualifiés dans bâtiments au sens large ;

C. La restructuration de l'organisation de la Zone de Police - Sur base de l'analyse de la charge psychosociale réalisée et des balises budgétaires.

Pour ce qui concerne le choix des priorités, les membres du Conseil zonal de Sécurité se sont basés sur différents éléments objectifs et subjectifs.

Au travers de données statistiques issues du module informatique de la Zone de Police (I.S.L.P.) ou de la Banque de Données Nationale Générale (B.N.G.), de données plus subjectives basées sur l'avis de la population ou sur base de la politique criminelle souhaitée par le Parquet du Procureur du Roi, le Chef de Corps, le Bourgmestre et le Directeur Coordonnateur, les membres ont déterminé, en concertation zonale, les différents phénomènes locaux sur lesquels il était indispensable de travailler. Les priorités mises en avant représentent les plus grandes sources de problèmes répertoriées au sein de la zone. En outre, pour combattre ces phénomènes de manière probante, les actions menées doivent pouvoir être récurrentes afin de limiter leur évolution dans le temps et dans l'espace.

Parallèlement, les différents membres ont également porté un intérêt particulier à la présence d'autres phénomènes constatés sur le territoire de la zone ainsi qu'au risque qu'ils se développent si rien n'était entrepris. Ils ont ainsi décidé, en concertation, de relever et de définir un certain nombre de priorités contenues dans le Plan National de Sécurité en vigilance particulière.

Les points de « vigilance particulière » concernent:

  • La problématique de la mobilité et de la circulation routière
  • La problématique des stupéfiants
  • Les matières liées à la fraude économique ou financière comme le blanchiment d'argent, les marchands de sommeil.
  • L'absentéisme scolaire
  • La violence intrafamiliale
  • La centrale nucléaire de Tihange (Intrusions, Plan particulier d'urgence et d'intervention)
  • Terrorisme/radicalisme
  • Le respect de la législation en matière d'armes à feu
  • La Traite des êtres humains dans le secteur de l'Horeca, les mariages blanc ou gris, les mariages forcés
  • Les vols de et dans véhicules

Ces vigilances particulières nous permettent de faire la liaison avec certaines priorités du niveau fédéral même si l'ampleur ou la gravité du phénomène au niveau local ne justifie pas la mise en œuvre d'un plan d'action complet.

Il s'agit de matières qui ne feront pas l'objet d'un plan d'actions spécifique mais qui seront traitées en routine et qui pourront faire l'objet d'actions particulières en fonction des évènements et des moyens disponibles.

En limitant les priorités ou plutôt en les réorganisant, nous souhaitons tendre vers une plus grande efficacité et efficience de la gestion des problèmes constatés sur le territoire de la zone de police. Le Plan Zonal de Sécurité constitue le guide de la politique policière et du management de la zone pour les prochaines années.

Pour de plus amples commentaires, n'hésitez pas à contacter :


Christophe Romboux
Commissaire Divisionnaire
Chef de Corps

ou

Nathalie Renard
Conseillère - Analyste stratégique
Dévelop. et Appui à la Politique Criminelle